Marianne Brandt, L’Atelier se reflétant dans la boule (autoportrait dans l’atelier Bauhaus à Dessau), photographie, 1928-1929 © Bauhaus-Archiv Berlin / A.D.A.G.P. 2016
Marianne Brandt, L’Atelier se reflétant dans la boule (autoportrait dans l’atelier Bauhaus à Dessau), photographie, 1928-1929 © Bauhaus-Archiv Berlin / A.D.A.G.P. 2016

Jusqu’au 26 février 2017

PARIS (75)

Les Arts Décoratifs

www.lesartsdecoratifs.fr

  • déc. 2016
  • Par Carole Fouque , journaliste
Agenda culturel

L'esprit du Bauhaus

Jusqu’au 26 février 2017
PARIS (75) - Les Arts Décoratifs

Comble du modernisme, il est fascinant de voir à quel point ce mouvement révolutionnaire puise ses influences dans l’art médiéval. La formule de Walter Gropius, célèbre directeur de la Staatliches Bauhaus, « Tous ensemble concevons et réalisons l’architecture de l’avenir où peinture, sculpture et architecture ne feront plus qu’un », reprenant le concept “d’art pur” cher aux Romantiques, qui faisait lui même écho aux grands chantiers du XIIIe siècle. Le terme de “Bauhaus” vient d’ailleurs du mot “Bauhütte” qui désignait le lieu où se retrouvaient tous les corps de métiers, unissant leurs efforts et leur savoir-faire.
Une nostalgie évidente et assumée qui sut pourtant nourrir et renouveler une création artistique et architecturale résolument contemporaine.
Tout comme dans l’Art & Craft et le Jugenstil quelques années auparavant, on retrouve dans le Bauhaus cette même volonté de concilier tradition et progrès, art et artisanat, artisanat et art industriel, régionalisme et exotisme.
Cette riche rétrospective s’attache à souligner et démêler toutes ces influences historiques, géographiques et philosophiques et montre à quel point l’humain reste au cœur d’une réflexion malgré tout très artistique et esthétique.
Cet art militant et utopiste, pensé par des artistes affranchis, épris de liberté, avait pour ambition de changer la société de fond en comble, quitte à outrager la morale et les bonnes mœurs. Il avait aussi pour but ultime et absolu la construction, ce qui impliquait en même temps un enseignement théorique et une discipline stricte, reposant sur la transmission, l’apprentissage et la collaboration. La condamnation par les Nazis de cet enseignement atypique, de cet art dégénéré, entraîna la fermeture de l’école en 1933 et l’exil de ses élèves qui exportèrent l’esprit du Bauhaus à travers le monde, à l’instar de Wassily Kandinsky, Paul Klee ou Marcel Breuer.

bauhaus-arts-decoratifs_3460758006114300595
Plus dans Agenda culturel