Architecture et urbanisme dans les cités ouvrières sucrières à Cuba.

  • juil. 2018
  • Par Jan Michel Sánchez Hoyos , étudiant (DSA Projet de territoires. Paysages contemporaines et dynamiques métropolitaines. 2017-2019, sous la direction de Jean-Michel Coget et Frédéric Auclair).
Moulin au Sucre Moron, 1912. La façade était désignée par la combinaison des volumes, arches et fenêtres en verre. Source: Site internet, Norfipc. https://norfipc.com/fotos/cuba/centrales-azucareros/central-moron.jpeg
Moulin au Sucre Moron, 1912. La façade était désignée par la combinaison des volumes, arches et fenêtres en verre. Source: Site internet, Norfipc. https://norfipc.com/fotos/cuba/centrales-azucareros/central-moron.jpeg

Les cités ouvrières étaient généralement installées loin des villes, elles étaient situées à proximité des sources de matières premières ou d’énergie. La simple implantation d’une cité ouvrière générait une transformation directe du paysage, tout d’abord, une nouvelle image urbaine-productive éclatait dans un paysage rural-isolé qui était transformé par la construction de la cité ouvrière. Le panorama est progressivement modifié tandis que les bâtiments industriels et leur infrastructure technique apparaissent comme de nouveaux jalons. Un tout nouvel habitat éclate dans la scène et transforme le panorama.

À partir du XVIIIe siècle, la nouvelle architecture industrielle a ouvert l’espace à un phénomène qui a conditionné un changement radical dans la vie et le contexte de travail. C’est un processus qui a inclus des salaires fixes et stables pour les ouvriers, des normes d’hygiène et d’éducation, qui a comme antécédent la manufacture royale. C’est un phénomène très complexe qui se forme et se transforme avec le développement de l’industrialisation, constituant un observatoire privilégié pour la compréhension de la philosophie qui montre la relation propriétaire-salarié. (Fontana G. L., 2003, p.17).
Contrairement aux cités ouvrières créées en Europe pour l’industrie minière ou textile, le succès économique des premières colonies cubaines était basé sur l’esclavage, une caractéristique qui durera jusqu’à la fin du XIXe siècle et qui a marqué les caractéristiques urbaines et architecturales de ces sites pendant cette époque. À partir de l’époque républicaine il y a eu une grande transformation des cités ouvrières motivée par l’injection de capital nord-américain.

Planification et urbanisme dans les cités ouvrières cubaines.

central-jaronu
Central Jaronú. Source: Blog personnel Fragmentos-Diarios. https://maitediaz.wordpress.com/2009/06/02/el-central-jaronu-un-monumento-de-la-industria-y-el-urbanismo-en-cuba

Dans le cas des premiers moulins à sucre, les composants du Batey sont regroupés autour d’un carré sans ordre préétabli, suivant les préceptes imposés par la ville traditionnelle, un espace public autour duquel différents bâtiments sont répartis. (Rodríguez, 2004, page 1503)
La croissance urbaine a toujours été marquée par une activité productive. Dans l’industrie sucrière, l’architecture industrielle se distingue toujours par l’énorme bâtiment de fabrication et sa machinerie qui constitue l’axe fondamental autour duquel se trouvent les autres bâtiments tels que la maison de purge, les séchoirs, la maison des charrettes, les écuries et les entrepôts. La maison principale, ou maison du propriétaire, était située dans le plus haut point du terrain. La caserne des esclaves avec sa forme carrée caractéristique est l’autre construction qui se démarque. Une série d’ateliers soutient le processus de production, comme la menuiserie et la forge. Dans le Batey on trouve aussi un pâturage ou un corral pour le bétail utilisé pour le transport. Les autres bâtiments qui composent le Batey sont la chapelle, l’infirmerie, la crèche et les maisons des employés.

central-cunagua
Vue aérienne du Central Cunagua. Source: Site internet, Norfipc. https://norfipc.com/cuba/fotos-viejos-centrales-azucareros-cubanos.php. Dans les deux images, il est possible de voir la zone industrielle composée de grands bâtiments et la zone d’habitation caractérisée par des espaces orthogonaux et pleins de végétation.

En 1968, a commencé la première guerre d’indépendance, dont l’un des objectifs était l’abolition de l’esclavage. Pendant la période de la République, à partir de 1900, l’injection de capital américain a augmenté considérablement, cette situation a changé complètement la conception urbaine et architectonique du Batey. La grande expansion du sucre vers l’est du pays a créé un panorama interconnecté de nombreux moulins à sucre par un complexe réseau ferroviaire. Un grand nombre de de cités ouvrières sont construites à l’écart des centres urbains, au milieu des grandes savanes. Toutes partageront les mêmes principes de composition de base au niveau de la planification. Ce sera un schéma urbain marqué par trois zones.
La zone industrielle n’a pas une organisation avec des critères urbains spécifiques, car elle répond aux processus productifs de l’industrie. Dans les deux zones restantes, l’urbanisme est marqué par la subdivision des classes sociales ou des différences raciales. L’image urbaine exprimera la subdivision sociale dans le paysage urbain. Ce critère de subdivision a été généralisé lors de la création des logements des ouvrières (Herrera, 2009, p.30). C’est dans ces zones que les éléments urbains et architecturaux qui représentent les établissements sucriers développés dans tout le pays dans la première moitié du XXe siècle sont plus similaires. Ces zones, conçues pour héberger les travailleurs, avec une partie pour les employés administratifs et une autre pour les ouvrières, se différenciaient par la dimension de la parcelle et les types de logement.
Selon Herrera (2009, p.32) dans la plupart des établissements, il existe des similitudes dans les caractéristiques morphologiques architecturales et urbaines. La présence d’un espace public bien défini par des promenades et des parcs en forme de jardins, des routes de premier ordre, des routes secondaires avec des arbres, des égouts, des logements et des bâtiments socio-administratifs aux caractéristiques externes similaires.

Architecture

Dans les cités ouvrières, les caractéristiques architecturales sont divisées en deux groupes, l’architecture industrielle et l’architecture de logement, cela ne se réfère pas seulement à la forme mais aussi aux systèmes de construction. Dans les cités ouvrières sucrières se manifeste le même phénomène.
L’architecture industrielle est visible sur la plupart des bâtiments et elle est généralement basée sur les normes de construction correspondant à l’époque de sa fondation. La plupart des sucreries cubaines et une grande partie de celles qui ont été démolies pendant la restructuration de l’industrie sucrière nationale ont été construites avec des structures en acier, des toitures et façades en tôle et le béton a été utilisé dans les planchers et les mezzanines. L’expression architecturale a acquis son identité maximale par la combinaison des nefs métalliques géantes et des grands plans de leurs façades. Les nefs se combinaient les unes aux autres en répondant au processus technologique. Différents projets ont eu des éléments décoratifs sur leurs façades, par la combinaison des tôles et des grandes fenêtres en verre. Dans certaines façades ou bâtiments plus petits ont été utilisés les murs de brique avec des toitures métalliques.
Avec l’apport de capitaux américains, l’architecture a également subi une influence américaine et la propagande sur les systèmes de construction s’est répandue dans tout le pays. On a commencé à importer des matériaux pour la construction de chalets en brique ou en bois américains avec des cadres en bois ou en fer, ce qui a permis la réalisation de plusieurs modèles de logements ; du plus modeste au plus luxueux (De las Cuevas, 2001, p.179).

maison-central
Chalet américain à Central Preston. Il est possible d’apprécier le portail avant recouvert de sa moustiquaire. Source : image tirée du livre 500 años de construcciones en Cuba, par Juan de las Cuevas.

Un grand nombre de petites villes associées à des sociétés américaines ont commencé à avoir une physionomie identique : des chalets en bois, avec un plancher en béton, des toits en zinc ondulé et des fenêtres protégées par des moustiquaires. De las Cuevas suggère (2001, p.180) que les sucreries Boston et Preston, dans la partie orientale du pays, peuvent être considérées comme des exemples pour décrire les caractéristiques de cette architecture du logement.
Les zones résidentielles étaient bien définies, créées sur trois niveaux hiérarchiques, les Américains, les chefs cubains et les travailleurs. Les maisons américaines étaient des maisons à deux étages, construites avec des planchers et des murs en bois, des toits en tuiles de zinc ou en argile galvanisées, toujours avec faux plafond en bois. Elles avaient de larges portails avec des moustiquaires. Le sol était surélevé pour éviter l’humidité. Le quartier pour les chefs cubains avait également des maisons en bois, avec un portail à l’avant mais qui manquaient de grands jardins.

Bibliographie

De las Cuevas, J. (2001). 500 años de construcciones en Cuba. Madrid: D.V. Chavín, Servicios Gráficos y Editoriales, S.L.
Dorel-Ferre, G. (2017). Les Villages Ouvriers de la Société Industrielle. In G. L. Fontana, & C. Lussana (Ed.), Company Towns in The World (pp. 15-46). Venezia: Marsilio Editori.
Fraginals, M. (1978). El Ingenio. Comlejo económico-social cubano del azúcar. (Vol. I). La Habana: Editorial de Ciencias Sociales.
Fontana, G. L. (2017). Company Towns in the World / Città e villaggi operai nel mondo. Venezia: Marsilio.
Fontana, G. L. (2003). Dar casa agli operai. In C. Lussana, Dalmine dall’impresa alla città. Committenza industriale et architettura. Dalmine: Fondazione Dalmine.
Herrera, G. (2009). El Patrimonio edificado de los centrales azucareros en Camaguey. Arquitectura y Urbanismo, XXX(2-3), 29-35.
Rodríguez, L. L. (2004). El azúcar cuenta la historia de la arquitectura. Tiré en Juin 2017, from MDC: Memoria Digital de Canarias: http://mdc.ulpgc.es/cdm/ref/collection/coloquios/id/1724

Plus dans Europe et International