©Antoine Espinasseau, Pavillon de l'Arsenal.
©Antoine Espinasseau, Pavillon de l'Arsenal.

Jusqu’au 24 septembre 2017

PARIS (75)

Pavillon de l’Arsenal

www.pavillon-arsenal.com


Autour de l’exposition :
Architectures japonaises à Paris, 1867-2017, 13 x 19,5 cm, 608 pages, 450 illustrations, 39 €. Éditions du Pavillon de l’Arsenal, Paris 2017
ISBN : 978-2-35487-038-6

  • juil. 2017
  • Par Communiqué de presse
Agenda culturel

Architectures japonaises à Paris, 1867-2017

Jusqu’au 24 septembre 2017
PARIS (75) - Pavillon de l’Arsenal

Les architectes japonais écrivent avec Paris une histoire singulière et méconnue, riche de multiples rencontres, expositions et installations, projets et réalisations emblématiques. L’exposition et l’ouvrage qui l’accompagne révèlent pour la première fois ce dialogue entre deux cultures entamé dès la fin du XIXe siècle et qui se traduit aujourd’hui par une dizaine de constructions majeures, en cours ou récemment livrées dans la métropole parisienne, dont la Collection Pinault – Paris dans la Bourse de Commerce, le Learning Center à Saclay, le projet Mille arbres ou encore l’immeuble-pont Aurore à Paris Rive Gauche, la Seine musicale à Boulogne-Billancourt et la transformation des Grands Magasins de la Samaritaine.
Si les échanges culturels entre le Japon et la France existent depuis l’ère Meiji (1868-1912), notamment avec la création de pavillons temporaires pour les différentes expositions internationales, ils s’intensifient à partir de 1928 avec l’arrivée des architectes Kunio Maekawa et Junzo Sakakura venus découvrir la modernité auprès de Le Corbusier. L’attrait se transforme ensuite en curiosité réciproque dont témoigne l’attirance pour la culture nippone des intellectuels français et en particulier Roland Barthes et Michel Foucault. Portées par le très nippophile maire de Paris Jacques Chirac, les figures fondatrices de l’architecture japonaise moderne Kisho Kurokawa, KenzoTange ouTadao Ando mettent en oeuvre leurs premières réalisations parisiennes dans les années 1980-1990 au Grand écran, à La Défense ou à l’Unesco. Ces architectures ouvrent la voie à la génération émergente d’architectes japonais à la fin du XXe siècle dont Toyo Ito, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Shigeru Ban ou Kengo Kuma. Leurs pratiques, déjà saluées par les plus importantes reconnaissances internationales de la discipline, ne tardent pas à s’exprimer dans les grands projets métropolitains.
La scénographie réemploie et transforme les précédents aménagements de l’exposition « Paris - Haussmann » pour accueillir sous la lumière naturelle, une cinquantaine de maquettes, des croquis de conception, des documents historiques et des films qui racontent tant l’histoire de l’architecture japonaise à Paris que le développement urbain francilien. L’invention de la modernité, la création de La Défense, la démolition des Halles, la période des grands travaux avec les consultations internationales, les réflexions engagées pour un autre logement collectif, les expérimentations constructives sur le bois ou les matériaux composites et la quête de nouveaux modèles. Relire l’histoire urbaine au travers de l’architecture japonaise à Paris offre ainsi une promenade inédite qui rappelle les grandes périodes de transformations et décline les grands items de la ville de demain – fluidité, transparence, porosité, mixité des fonctions, intégration de la nature. Ainsi, l’exposition traduit l’idée d’un patrimoine commun, construit ou théorique, liant architectes nippons et français comme Junzo Sakakura et Charlotte Perriand hier, et aujourd’hui Sou Fujimoto avec Manal Rachdi ou Laisné-Roussel, Shinichi Kawakatsu et Benjamin Aubry, Atelier Bow-Wow et Brunnquell & André ou l’agence NeM aux cotés deTadao Ando.
Au travers de soixante-dix projets emblématiques, la manifestation « Architectures japonaises à Paris, 1867-2017 » explore l’histoire et l’actualité du Grand Paris sous le prisme d’un dialogue entre deux cultures engagé il y a 150 ans.

capture-decran-2017-07-11-a-14.22.31
Plus dans Agenda culturel